Je viens de lire un billet de La Mite Orange intitulée « La mère sacrificielle », et mon commentaire serait tellement long que je préfère répondre sur mon blog.

Je comprends les regroupements entre allaitantes et non-allaitantes (ou couches lavables, ou mères au foyer) : se trouver un point commun, ça rassure, ça permet de souder un groupe et d’avoir l’esprit de groupe, et de pouvoir échanger son vécu.

Pour le fait de se sacrifier en tant que mère, ce qui est le plus fou, c’est que rien ne prouve qu’on a raison, quoi que l’on fasse. Je veux dire que rien ne prouve que les enfants dont la mère a repris le travail à ses 2,5 mois se débrouille mieux/est plus autonome ; et à l’inverse, rien ne prouve que la mère qui est resté s’occuper de ses enfants (en congé parental) aura des enfants plus autonomes ou moins autonomes. Donc, quelles que soit les critiques que l’on reçoit, il vaut mieux faire selon sa personnalité et ses besoins en tant que femme.

J’ai, en plus, l’impression que les femmes sont assez spécialistes pour se mettre la pression (il faut réussir sa grossesse/son accouchement/son élevage), plus que les hommes, et ça c’est assez pénible. Du coup, comme elles seraient exigeantes envers elles-mêmes, les femmes seraient plus promptes à juger les autres.

 

Bon apparemment, c’est un vent qui souffle sur les « blogs de maman » puisque je lis aussi : http://lamamanduptitpois.wordpress.com/2011/10/14/gare-a-toi-mere-tu-devras-rentrer-dans-une-case/

Publicités