Ce soir, en arrivant chez Super Assmat pour récupérer mon bébé Geek, je me suis rendue compte d’une chose : je ne suis pas démonstrative.

J’aime mes proches, et je ne les serre pas dans les bras, surtout pas en public. En soirée, hormis au tout début (fougue du début), je n’aime pas que mon mec me colle de trop. Chacun passe une bonne soirée et si on veut se faire un câlin, on rentre chez nous.
Quand je vois mes parents, je me jette dans leurs bras, simplement parce qu’ils vivent à 500km, et que je les vois tous les 3 mois et que j’entretiens leur moi-peau car qui va toucher les « vieux »?.
Les seuls êtres sur lesquels je me « jette » pour faire des câlins, ce sont mes chattes. C’est admis que les chats sont câlinables.

Mother with child

Ce soir, je ne me suis pas jetée sur mon fils. Je n’ai même pas attendu qu’il vienne me voir, assise les bras ouverts. Je me suis tenue debout, en le saluant de loin, et en admirant sa façon de bouger. Il me faisait la démonstration du poussage de tabouret, a tenté de marcher mais est tombé. J’ai discuté avec Super Assmat de leur journée et je suis repartie, mon fils dans les bras, en combi-pilote, je précise, donc plutôt distant.

Pourquoi je vous en parle ?
Parce que cela me gêne un peu. Par rapport à Super Assmat, qui se dit peut-être que bébé Geek ne reçoit pas tant de câlins que ça. Par rapport à mon fils, qui aimerait peut-être (comment savoir, il a tout juste 1 an) que maman lui témoigne son amour, aux yeux de tous.
En même temps, je ne pense pas changer ma nature.

Publicités